Etats-Unis

En mode Thelma et Louise

Appareil photo à porter de main, look t-shirt/lunettes de soleil, nuits dans la voiture… On est reparties en roadtrip. Ou plutôt, on est parties en vacances aux USA sur la route des parcs nationaux. 

Des quoi, des vacances ? Tu plaisantes ? Oui, ça peut paraître condescendant de dire qu’on prend des vacances alors que ça fait un an qu’on voyage et que nous n’avons pas de boulot. Mais c’est vraiment la sensation qu’on a eue et on en avait bien besoin. Si vous avez lu mon article précédent, vous savez pourquoi. Sinon, c’est par là.
Pas de planification, pas de volontariat, juste 10 jours à profiter d’une région qui nous change de notre quotidien. C’est un quotidien qui déchire peut-être, mais notre quotidien depuis un an, ce sont les lacs, les sapins, la neige… Du bleu et du vert principalement. Et même si c’est toujours aussi grandiose à nos yeux, changer totalement de décor était la meilleure décision à prendre pour reprendre de l’énergie et retrouver l’envie de faire 4 heures de routes tous les jours. On avait choisi d’aller faire un tour en Arizona en grande partie pour retrouver la chaleur après l’arrivée trop prématurée de l’hiver en Alberta. Nous n’avons été qu’à moitiés satisfaites sur ce point, mais par contre, côté changement de décor, ce fut réussi.
Nous avons donc passé 10 jours entre Phoenix et Las Vegas. Arizona, Utah, Californie… Trois Etats parmi les plus beaux des USA, avec des nombreux parcs nationaux et régionaux à visiter. On est passé constamment de l’un à l’autre, je n’ai jamais su dans quel Etat on était.
Après les sapins et les lacs, on a dit bonjour aux palmiers, au désert, aux canyons et roches. Un dégradé de rouge et jaune. Mais parce qu’on reste en Amérique du Nord, ce qui ne nous a pas changées, ce sont les grands espaces. Cet horizon qui s’étale à l’infini, la fin de la route, à deux heures d’ici que vous apercevez déjà. Je reste toujours aussi scotchée.
Comme toujours dés que je mets les pieds aux Etats-Unis, les noms Grand Canyon, Death Valley, Monument Valley, Las Vegas… Et les paysages m’évoquent des films. Cette fois-ci, on a suivi les pas de Thelma et Louise, Lucky-Luke, les Ocean’s eleven. Et d’autres cowboys mythiques que je dois avouer ne connaître que de noms (désolé John Wayne).

Mais revenons un peu sur notre programme de voyage avant que je vous bombarde de 60 photos sur les 1000 prises en 10 jours (sans compter les photos floues).
On ne va pas le cacher, après un an de voyage, on commence à voir le fond de notre compte en banque. Du coup, même si c’était les vacances, il nous fallait voyager de manière économique. Sur le papier, c’est simple à organiser : on fera du couchsurfing et on va louer une voiture assez grande pour dormir dedans. On ne payer qu’un seul hôtel, celui de Las Vegas, parce qu’on ne peut y aller sans loger dans un Casino. En pratique, c’est un peu plus rude (surtout pour le dos).

Arrivée en avion à Phoenix et deux jours de visite.

Un très sympathique Indien (d’Inde) avait proposé de nous loger dans son séjour. Une expérience très sympa. Il est venu nous chercher à l’aéroport, nous a montré le début d’un match de Cricket (Le sport le plus ennuyeux du monde ! Vive le Foot !!). Ce que nous n’avions pas prévu, c’est qu’on dormirait sur sa moquette. Je commence à acquérir la capacité de dormir n’importe où mais pour Sophie ce fut un peu plus difficile. La ville de Phoenix n’est pas des plus intéressantes, mais la vue des palmiers et la chaleur a suffit à notre bonheur.

Récupération du Dodge Caravan, surnommé Bree Van de Kamp, direction le Grand Canyon.


Si vous aimez la solitude et la nature préservée du tourisme de masse, passez votre chemin. Le Grand Canyon est l’une des grandes destinations touristiques et ce n’était clairement pas l’étape que nous attendions avec impatience. Même en octobre, il y avait beaucoup de monde. Admirer un canyon, quand 50 perches à Selfie vous cachent la vue, ça gâche un peu l’expérience. Mais je devais résumer la visite en une phrase, ce serait : c’est quand même quelque chose ! Le canyon est immense autant par sa longueur que par sa profondeur. C’est très beau, on ne va pas se mentir. J’aurais aimé avoir plus de temps pour descendre un peu au fond du Canyon ou sortir des sentiers touristiques. J’aurais aimé avoir plus de temps pour descendre un peu au fond du Canyon ou sortir des sentiers touristiques.

Une nuit à Monument Valley

Je n’ai pas de mots devant un paysage si grandiose et majestueux. Clairement, ce fut mon coup de cœur. Je ne saurais pas bien vous expliquer pourquoi. C’est juste beau, immense, unique, étonnant, rouge, sauvage, assez tranquille. C’est touristique aussi, mais rien à voir avec le grand Canyon. Il n’y a qu’un petit bâtiment à l’entrée avec une boutique, un restaurant et un hôtel. Ensuite, une boucle de deux heures de voitures, vous permet de vous immerger dans ce parc géré par les Navajos. Alors, il y a quelque attrapes touristes comme un Navajo qui pose sur son cheval pour vos photos pour 5$, mais le tout est assez discret.
Nous avons eu le luxe d’avoir le temps d’en profiter, du matin jusqu’au lever du jour suivant en passant par le coucher de soleil. Nous avons pu dormir dans le parc, la voiture garée devant ce paysage mythique.

Pique-nique au Lake Powell et après-midi au Zion Park.
Les deux étapes moins classique notre boucle de 10 jours et deux très bonnes surprises.

Le premier est un lac non-naturel (une rivière fermée par un barrage) et le deuxième un canyon qui ressemble à une oasis dans le désert. Au bout d’un long tunnel, vous débouchez au cœur du canyon. Le paysage est verdoyant, il y a une rivière, une multitude de biches. Une étape bien trop courte malheureusement.

 

Journée à Valley of Fire

Est-ce qu’on se lasse du désert après plusieurs jours ? Et bien non, c’est toujours aussi désertique depuis notre départ de Phoenix, mais ce ne sont jamais les mêmes couleurs ni les mêmes rochers. Chaque jour est différent et aussi beau que le précédent. Dans le parc de la Vallée du Feu, on n’a plus que jamais l’impression d’être sur Mars.

 

Trois nuits à s’amuser à Las Vegas. Je n’en dis pas plus, Sophie va tout vous raconter dans le prochain article.

Une nouvelle voiture de location et un petit tour à Death Valley avant de reprendre l’avion pour le Canada le matin suivant.


Deux heure de routes aller, deux de route retour, ce n’est pas rien sur une journée, mais ça aurait été dommage de s’en passer. Bienvenu, dans le désert, le vrai ! Où, il fait prévoir 4 litres d’eau pour la journée, où la chaleur est écrasante. La marche dans le désert de sel, même à cette saison, est une rude épreuve. Et dire, qu’un jour, ici, il y avait une mer. Ici, comme dans les autres parcs une seule conclusion s’impose, la terre est une planète fascinante.

 

Ce voyage de 10 jours fut si facile. Nous n’avions pas testé le roadtrip dans cette configuration avec Gary : dormir dans la voiture tous les soirs. Les conditions furent un peu rudes :

  • on a dormi dans la voiture sans matelas. Moi dans le coffre, avec un pull et une serviette pour tout matelas et Sophie sur le siège passager (je n’ai pas trop à peindre, comme je le disais, je dors bien partout). Et surtout, on a eu froid la nuit, ce qui n’était pas du tout prévu !
  • on a mangé des salades de légumes en conserve tous les jours. Pas de glacière, pas de réchaud avec nous, nous étions là que 10 jours.
    Mais cette configuration offre une vraie liberté. On se baladait jusqu’au coucher du soleil et à la nuit tombée, on s’arrêtait de dormir sur un parking de Walmart ou une station essence.

Ca nous a redonné de l’énergie. J’en veux encore finalement. Des voyage et encore des voyages.

Jeune trentenaire, un peu rêveuse à la conquête du Canada. J'ai quitté ma vie de citadine française, enfilé un sac à dos aussi grand que moi, pour partir à la découverte des grands espaces. Un an de voyage, rencontres, volontariats, paysages à couper le souffle. Et maintenant que je sais couper du bois, cuisiner une poutine et conduire un traîneau, ma nouvelle aventure va s'appeler : survivre dans une grande ville canadienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *